Présentation

La baignade sauvage est l’art de nager dans des bassins naturels d’eau douce, comme les rivières, les lacs et les cascades. Avec ses innombrables bassins naturels, la France est le paradis des baigneurs sauvages. Vous y trouverez quelques-uns des plus beaux paysages qui soient, ainsi que les eaux les plus propres d’Europe. Faire un petit plongeon est indispensable pour de se rafraîchir en été, et le point d’orgue de toutes belles vacances en France.

Les bienfaits de la baignade sauvage sont bien connus – c’est une activité amusante, bonne pour la santé et qui permet de renouer les liens avec la nature. Dans les campagnes, les gens ont toujours nagé dans les rivières et on y compte plus de 1 300 plages de rivière. En effet, une grande partie de la France se trouve trop loin de la côte pour aller faire un tour en mer et même lorsque ce n’est pas le cas, les possibilités de baignade sont limitées. La côte atlantique présente une houle dangereuse – idéale pour le surf, mais pas pour la baignade – et la Côte d’Azur est fortement urbanisée sur quasi toute son étendue.

Si vous ne connaissez pas si bien la France que ça ou que vous ne vous êtes jamais aventuré hors des sentiers battus, alors vous allez être agréablement surpris. Ce beau pays compte tellement de rivières qu’elles sont à l’origine du nom de nombreux départements. En outre, trois grandes chaînes de montagnes assurent à ces rivières des eaux limpides abondantes, même dans les régions chaudes du Sud. Sur leur trajet depuis les montagnes, les rivières creusent souvent de splendides gorges, des bassins et des cascades qui forment des plages et sont des endroits de baignade parfaits. De nombreux sentiers mènent à de magnifiques berges de rivière et chacun pourra y trouver son petit bout de région sauvage.

Baignades sauvages en France se concentre sur les régions particulièrement spectaculaires du pays. La majorité des lieux de baignade sont situés dans la moitié sud, là où la plupart des gens passent leurs vacances. Nous commencerons notre voyage dans les collines du Jura et ensuite nous nous dirigerons vers le sud pour explorer la région des cascades et les grands lacs des Alpes. En passant dans les collines sauvages autour de Nice, nous pénétrerons dans le pays des « clues » – des canyons de calcaire blanc avec des bassins profonds géants aux eaux vert jade et des cascades tumultueuses ; si certains nécessitent un équipement pour l’exploration des canyons, nombre d’entre eux sont accessibles à pied. De là, les terres accidentées de Corse ne sont qu’à une brève traversée en bateau. Avec ses bassins profonds et des aiguilles de montagne abruptes aussi splendides que ses légendaires plages, cette destination doit compter comme l’un des plus beaux endroits pour la baignade sauvage en France, et peut-être même au monde.

En chemin vers la Provence, le Verdon est le plus grand canyon d’Europe et ses lacs sont peut-être du bleu le plus intense de toute la France, tandis que les cascades de Sillans-la-Cascade font penser au type d’oasis tropicales qu’on pourrait s’attendre à trouver au Costa Rica plutôt qu’en Europe. En route vers Avignon, les terres deviennent plus arides, mais on y trouve toujours des bassins magiques aux eaux bleues alimentés par des sources souterraines, il suffit de savoir où chercher.

Les gorges de l’Ardèche, où l’on trouve le Pont d’Arc, et le Gard avec son aqueduc romain sont célèbres à juste titre pour la pratique du canoë et la baignade. Pourtant, peu de personnes s’aventurent dans leurs tronçons supérieurs et leurs affluents, où l’activité volcanique a créé un paysage extraordinaire constitué d’arches et de colonnes de basalte.

Les Cévennes, où Robert Louis Stevenson a voyagé avec son âne et où le loup rôde encore, sont l’une des régions les plus sauvages. Plus au sud, le Languedoc et les Corbières sont des régions chaudes où l’on produit du vin, arrosées par l’Hérault et la Vis. Ces rivières jaillissent de grandes ouvertures de caverne et se déversent dans des grottes enchantées tapissées de fougères qui évoquent des scènes issues de légendes et du folklore. Les Pyrénées sont célèbres pour leurs sources chaudes – dont seules quelques-unes restent inexploitées – et pour leurs petits lacs de montagne tranquilles aux corniches rocheuses idéales pour plonger et aux petites îles vers lesquelles nager. Vers le nord, les vallées de l’Aveyron, du Lot et de la Dordogne, et leurs nombreux et magnifiques affluents comptent des villages étonnants situés à flanc de falaise sous lesquelles il est possible de nager et de nombreux endroits délicieux pour de longs repas. Enfin, la Loire avec ses châteaux de contes de fées et ses lacs au milieu de forêts, est un fleuve étonnamment sauvage – large, vide, inexploité et magnifique.

La France offre des eaux d’une qualité fantastique et des températures estivales exceptionnelles. Une journée chaude est l’occasion parfaite pour nager, mais la baignade peut également être excitante sous la pluie. Dans le nord de la France, il peut parfois faire humide et doux, et la qualité des eaux des rivières à proximité des villes et des exploitations laitières peut ne pas être optimale. Dans le sud, en particulier dans les parcs nationaux, le temps et la qualité de l’eau sont en général excellents.
Kit pour les familles: vous vous sentirez plus à l’aise pour explorer les rivières si tous les membres de votre famille portent les chaussures adaptées (vieilles baskets, sandales, etc.) et des lunettes – l’équipement de base pour l’aqua randonnée (voir p.6). Une combinaison de plongée normale ou un dessus de combinaison sans manches permet de garder les enfants au chaud si vous nagez dans des eaux plus froides, comme les petits lacs ou les ruisseaux de montagne. Emportez toujours des serviettes (ou des sarongs simples), de la crème solaire, des chapeaux et des sacs en plastique pour tous vos vêtements mouillés, un insectifuge est utile dans les bois ou pour les baignades en soirée. Les jeux gonflables sont amusants pour les enfants, nous vous conseillons toutefois de veiller à ce qu’ils ne dérivent pas. Il est plus sûr de prévoir un gilet de sauvetage (environ 50 €).

Baignade naturiste: si vous découvrez un bassin magique au cours d’une balade, il est tout à fait possible de nager sans équipement. Vous pouvez nager en sous-vêtements ou même nu si l’endroit est isolé. Si vous n’avez pas de serviette, essuyez un maximum d’eau avec vos mains, puis utilisez un de vos vêtements pour vous sécher, ou emportez un petit sarong de coton léger.
Camping sauvage : n’oubliez pas que le camping sauvage est illégal en France et qu’il est interdit, toute l’année, de faire du feu et de fumer en forêt. De façon générale, les feux ouverts sont très dangereux pendant les étés secs. Si vous décidez de camper près d’un point d’eau, soyez discret et essayez de passer inaperçu. Plantez votre tente tard le soir et démontez-la tôt le matin. Ne laissez aucune trace de votre passage.

Dix conseils pour une baignade sauvage en toute sécurité
1. Si vous nagez en aval de barrages équipés d’installations hydroélectriques, faites attention au changement du niveau d’eau.
2. N’explorez pas de gorges étroites en cas de suspicion d’orage.
3. Ne nagez pas dans les canaux, les rivières urbaines ou les lacs stagnants. Couvrez les coupures et blessures avec des pansements étanches si vous avez des doutes quant à la qualité de l’eau.
4. Ne nagez jamais dans des rivières en crue et soyez attentif à la qualité de l’eau pendant les sécheresses.
5. Ne nagez jamais seul et gardez en permanence les moins bons nageurs à l’œil.
6. Ne sautez jamais dans l’eau si vous n’en avez pas minutieusement vérifié la profondeur et les obstacles.
7. Assurez-vous toujours de savoir comment vous allez sortir de l’eau avant d’y entrer.
8. Ne prenez pas froid – échauffez-vous avant une baignade et remettez des vêtements chauds immédiatement après la baignade.
9. Portez des chaussures adéquates.
10. Utilisez une protection solaire et ne nagez pas au milieu de la journée – il est facile d’oublier à quel point le soleil est fort lorsqu’on est dans l’eau.

Plus sur la sécurité et accès…

Comme le vélo, la randonnée, le canoë, et de nombreuses autres activités de plein air, la baignade sauvage présente certains risques et dangers, mais avec une bonne préparation et des informations pertinentes, vous pouvez garantir votre sécurité sans toutefois perdre le sentiment de l’aventure.

Principaux risques

Personnes ne sachant pas nager et enfants Prêtez une attention toute particulière aux enfants et aux personnes qui ne savent pas nager lorsque vous êtes à proximité de l’eau. Même des eaux peu profondes peuvent soudainement présenter des endroits profonds. Si vous, vos enfants ou vos amis ne savez pas nager, veillez à repérer la zone aux eaux peu profondes, fixez des limites claires et maintenez une surveillance constante. N’oubliez pas que même les parties peu profondes de rivières au débit rapide peuvent vous faire perdre l’équilibre. Soyez prudent avec les éléments gonflables, ils peuvent procurer un faux sentiment de sécurité et dériver vers des endroits profonds ou éclater. Les nageurs peu expérimentés doivent toujours rester à proximité de la rive.

Glissades, culbutes et chutes Cela semble évident, mais il s’agit du risque le plus probable lorsque vous grimpez à proximité de rivières ou de cascades. Ne courez et ne vous dépêchez jamais, et portez des chaussures de sport ou des sandales avec une semelle en caoutchouc. Si vous aimez faire de l’escalade un peu plus sérieuse le long des rivières, pourquoi ne pas vous joindre à une aqua randonnée ou suivre un cours de canyoning ?

Eaux froides En été, les eaux de baignade dans le sud de la France sont rarement froides, mais hors saison, ou dans les lacs et les ruisseaux de montagne, l’eau peut être fraîche. Nager dans des eaux froides pompe rapidement la chaleur corporelle, vous devez donc veiller à ne pas rester trop longtemps dans l’eau (20 minutes sont largement suffisantes). Frissonner et claquer des dents sont les premières étapes d’une hypothermie légère, donc dès que vous ressentez ces symptômes, sortez de l’eau et réchauffez-vous en remettant des vêtements secs et en bougeant.
Sauts et plongeons Vérifiez toujours la profondeur de l’eau, même si vous visitez le même endroit régulièrement. La profondeur peut varier et de nouveaux obstacles sous l’eau peuvent avoir été amenés par le courant (sable, rochers, branches ou déchets). Ne jugez jamais la profondeur de l’eau en vous fiant uniquement à ce que vous voyez. Un accident de plongeon, un cou brisé et vous pouvez vous retrouver paralysé à vie.

Crampes et baignade en solo Les crampes peuvent se produire dans le mollet ou le pied, elles sont en général provoquées par un excès d’effort, d’étirement ou de fatigue. Contrairement à la croyance populaire, les crampes ne surviennent pas plus fréquemment après avoir mangé, mais plutôt en cas de déshydratation ou d’une mauvaise alimentation générale. Si vous attrapez une crampe, appelez à l’aide, mettez-vous sur le dos et essayez de regagner la rive en faisant des mouvements de bras. Pour toutes ces raisons, il n’est pas recommandé de nager seul en eaux profondes, et si vous n’avez pas le choix, emportez un flotteur relié à une corde.

Mauvaises herbes Dans les rivières chaudes et peu rapides et les lacs de plaine, il est aisé de voir la végétation. Si une ou deux mauvaises herbes ne posent pas de problème, la situation se complique lorsqu’elles forment des forêts qui peuvent s’enchevêtrer autour des jambes d’un nageur si ce dernier commence à se débattre. Essayez d’éviter les zones présentant une végétation intense, mais si vous en rencontrez, ne paniquez pas, laissez-vous glisser à travers les herbes en faisant des mouvements de bras.

Algues bleues Dans les lacs de plaine pollués par des engrais, les algues peuvent proliférer après un temps chaud et humide, en général à la fin de l’été. Cette prolifération d‘algues engendre une écume de surface verte et poudreuse (les fleurs) du côté du lac situé sous le vent. La présence de ces algues est clairement visible et en cas de contact avec la peau, elles peuvent provoquer des éruptions cutanées, irriter les yeux et vous rendre malade si vous avalez de l’eau. Recherchez un endroit du lac sans algues, et si vous n’en trouvez pas, ne vous baignez pas.

Courants Nager avec ou contre le courant peut être amusant, tout comme nager dans les vagues en bord de mer, mais il y a toujours un risque de perdre le contrôle et d’être entraîné par le courant. Dans les eaux rapides, réfléchissez toujours à l’endroit où vous pourrez sortir si vous perdez pied. Déterminez vos sorties d’urgence avant d’entrer dans l’eau et vérifiez l’absence de tout danger en aval (obstacles, cascades ou barrages). Dans les canyons, gardez à l’esprit qu’à mesure que la gorge se rétrécit, la profondeur de l’eau et le courant augmentent. Explorez toujours les canyons depuis le sommet, afin de vous assurer qu’il y a un trajet sûr pour redescendre. Ne pénétrez jamais dans un canyon si un orage est attendu en amont.

Inondations et lâchers de barrage La France compte de très nombreux barrages hydroélectriques. Ceux-ci doivent faire varier leur niveau de lâcher afin de répondre aux fluctuations de la demande en électricité et vous verrez clairement des panneaux jaunes d’EDF (Électricité de France) le long des rivières le cas échéant. En réalité, le débit est généralement constant en été lorsque la demande en électricité est fortement prévisible et que de nombreux habitants locaux se baignent sans inquiétude. Les changements de débit sont généralement prévus et les sociétés de location de canoë en sont souvent informées, alors renseignez-vous. Même si EDF doit augmenter le débit d’une rivière, le changement n’est pas spectaculaire – le niveau de l’eau augmente en général d’environ 30 cm en 15 minutes. Nous vous conseillons principalement d’éviter de pique-niquer sur les îles de rivières qui pourraient se retrouver isolées des rives et de garder un œil sur les enfants jouant à proximité de la rive.

Panneaux officiels Les désignations de baignades semblent se classer en trois catégories en France, bien que la plupart des endroits ne présentent aucune désignation du tout.

  • Baignade surveillée Dans tous ces sites, des surveillants de baignade sont présents et vous ne pouvez nager que lorsqu’ils supervisent l’endroit. Il existe un très grand nombre de lacs artificiels et de centres sportifs aquatiques (plans d’eau) qui tombent dans cette catégorie. Ils disposent d’infrastructures, de parkings et de zones déterminées pour la voile, la baignade, le canoë, etc. Nous vous en présentons quelques-uns dans cet ouvrage.
  • Baignade non surveillée Les autorités savent qu’il s’agit d’un lieu de baignade et espèrent que les gens s’y baignent de manière responsable. En général les autorités testent régulièrement la qualité de l’eau. Vous trouverez les renseignements sur plus de mille sites contrôlés de manière officielle sur le site Web Baignades.sante.gouv.fr
  • Baignade interdite La baignade dans ces zones est interdite par les autorités locales, mais l’interdiction est joyeusement ignorée par la population locale et les panneaux ont tendance à indiquer la présence d’un bon lieu de baignade à proximité ! Comme au Royaume-Uni, avec l’avènement de la culture du litige, de nombreuses autorités locales ont été forcées de placer ces panneaux dans tous les lieux de baignade traditionnels afin de se décharger de tout risque de réclamation de dommages-intérêts.

Accès et propriété privés

Les sentiers publics et les droits de passage sont généralement signalés par un balisage jaune ou rouge. Si vous pouvez accéder à la rive, personne ne devrait vous empêcher de vous baigner, à part peut-être un pêcheur de mauvaise humeur. En règle générale, les pêcheurs ont accès à ces zones avant 10 h et après 18 h, les adeptes du canoë et les baigneurs quant à eux prennent possession de la rivière pendant la journée. La plupart des forêts domaniales sont généralement libres d’accès et dans d’autres régions, vous trouverez d’innombrables chemins de terre accessibles en voiture ou à vélo qui bifurquent des routes principales à travers champs et forêts pour aboutir à des endroits isolés. Si le terrain est privé de chaque côté, on admet généralement un droit informel de passage le long de ces chemins. Attention : le camping sauvage – bien que tentant – est illégal. Ceci dit, il se pratique encore. Si vous souhaitez faire du camping sauvage, évitez les terres agricoles, n’allumez jamais de feu, plantez votre tente tard le soir et levez-vous tôt le matin, et surtout ne laissez aucune trace de votre passage en partant.