Ardèche

Cette superbe région accidentée offre de multiples possibilités d’exploration, du grand Pont d’Arc et des époustouflantes gorges dans le sud, au paysage volcanique mystérieux et aux lacs de cratères de la Haute Ardèche.

 

Sur le cours inférieur de l’Ardèche aux eaux rapides, vous trouverez le Pont d’Arc, un rocher naturel extraordinaire formé au fil de millions d’années, aussi haut qu’une cathédrale. Nager sous cette voûte massive à l’aube, avant l’arrivée de la foule, peut être une expérience presque mystique.

L’Ardèche n’a pas toujours coulé sous cette arche 68. La route principale suit le cours original autour du grand méandre de Combe d’Arc, le site des peintures rupestres paléolithiques extraordinaires. Au fil du temps, la puissance de la rivière a érodé le coude de la boucle jusqu’à finalement le briser. À présent, la rivière se trouve à 20 mètres sous la Combe et ne reprend son ancien cours qu’en cas de graves inondations.

Dans cette région, les inondations sont fréquentes. Les nombreux affluents merveilleux de l’Ardèche – le Chassezac 73, la Beaume 70, le Lignon 80, la Bourges 78, la Bézourges 81 – coulent à travers une grande partie des flancs du Massif Central. Le niveau élevé de ses eaux a fait de l’Ardèche une rivière difficile à traverser, le Pont d’Arc avait donc une importance stratégique, et offrait une vue grandiose. Il y avait un fort à cet endroit; les protestants et les catholiques se sont souvent battus pour ce passage. Après une bataille, les vainqueurs invitaient leurs ennemis à sauter dans la rivière ou les poussaient dedans s’ils étaient trop hésitants. Plus tard, Louis XIII a détruit la corniche le long du sommet de l’arche, le pont est donc à présent trop dangereux à traverser.

Les gorges profondes en aval de l’arche sont une réserve naturelle avec un accès routier très limité, dès lors la meilleure façon de les visiter est de louer un canoë et de faire le voyage de 2 jours (35 kilomètres) séparant le Vallon de Saint-Martin (partez de Saint-Martin, prenez la navette, puis revenez à votre voiture en canoë). Vous pouvez suivre la piste au bord de la rivière si vous préférez marcher 68A, 68B ou essayer une combinaison de randonnée et de natation, bien que de nombreuses parties présentent des eaux peu profondes. En flottant sur le dos, vous pourrez même apercevoir un des aigles Bonelli qui nichent ici parmi les falaises sauvages et vertigineuses.

Dans les années 70, ces gorges étaient un paradis pour les naturistes, il y avait des baigneurs nus sur chaque plage et de nombreuses personnes faisaient du canoë au naturel. À présent, on raconte que des gendarmes patrouillent sur la rivière et insistent pour que les canoéistes remettent leur maillot de bain, une seule plage naturelle « officielle » persiste à La Plage des Templiers 69. Les gorges sont pleines de canoéistes, vêtus ou non, nous vous conseillons donc de vous mettre en route l’après-midi ou le soir une fois les vagues de canoës – parfois des milliers – passées. Il y a deux campings de « bivouac » sur la route en aval 68B et de nombreux endroits merveilleux pour nager. Ceux qui souhaitent descendre dans les gorges peuvent suivre un des rares sentiers qui y descendent depuis la route 68B.

Dans la partie centrale de l’Ardèche, vous découvrirez de merveilleux villages historiques comme Balazuc 72 et Labeaume 70, chacun présente des falaises spectaculaires et de bons endroits de baignade dans un cadre bien plus paisible que celui du Pont d’Arc, même si ces villages ne se situent qu’à quelques kilomètres du Pont. À la recherche d’un endroit pour camper un soir, je suis descendu de la route et j’ai pris la direction de la gorge sous Les Défilés, vers le fond du grand Cirque des Gens 71, une énorme falaise avec des voies d’escalades. Un étroit sentier descend dans une épaisse forêt et j’ai eu l’impression d’avoir pénétré dans un autre fuseau horaire lorsque j’ai émergé au fond de la gorge. J’ai découvert une vaste plage à la confluence de l’Ardèche et de la Ligne entourée de hautes falaises et de piliers de calcaire s’élevant depuis les rives à proximité du Cirque. La rivière était vide et silencieuse lorsque je me suis baigné le soir et le seul mouvement autour provenait de poissons sautant et de buses planant haut dans le ciel. J’ai campé sur la plage cette nuit-là et je me suis attardé le matin suivant après avoir cuisiné mon petit-déjeuner. Je n’ai pas vu âme qui vive jusqu’à midi, lorsqu’un canoë est passé : un contraste bienvenu par rapport au raffut des gorges inférieures.

Plusieurs autres affluents rejoignent la partie centrale de l’Ardèche, notamment le Chassezac, une plus petite version de l’Ardèche. Près de Les Vans, Mazet-Plage 75 est un endroit populaire avec un énorme bassin aux eaux profondes, des rebords plats et des parois rocheuses élevées qui attirent les grimpeurs. Non loin de là, vous pouvez explorer la forêt de Païolive, une étonnante forêt vierge d’anciens chênes, d’arbres pétrifiés et de stacks calcaires s’élevant tels des termitières. Dans ses tronçons en amont au pied du Mont Lozère, le Chassezac s’écoule dans un canyon imposant et sauvage bordé de flèches rocheuses semblables à des aiguilles avec des bassins aux eaux vertes en contrebas 76. Dans la région reculée du cours supérieur de la Beaume, un affluent plus petit, vous trouverez de beaux bassins dans des forêts de châtaigniers au Pont du Gua et au Pont de la Brousse 70A.

En amont, depuis Aubenas, le paysage change radicalement. Formé par les volcans les plus récents de l’histoire de l’Europe, le paysage présente plusieurs lacs de cratère comme le Lac d’Issarlès 82A et des cœurs de vieux volcans, comme le Mont Gerbier de Jonc et le Mont Mézenc. Le magma fondu provenant des volcans en éruption s’est écoulé dans les vallées des rivières et en refroidissant, le magma s’est cristallisé en colonnes rocheuses hexagonales identiques à celles de la Chaussée des Géants en Irlande du Nord ou de la grotte de Fingal en Écosse. Tout au long du Lignon 80, de la Bourges 78, 79 et du Bézouges 81 – tous des affluents de l’Ardèche autour de Thueyts – des colonnes de basalte s’élèvent tels des tuyaux d’orgues des cascades et des bassins profonds.

Nous sommes émerveillés par de telles formations extraordinaires, mais pour nos ancêtres qui essayaient de comprendre ces phénomènes naturels, les arches et les colonnes rocheuses ne pouvaient qu’être l’œuvre du diable. Le Pont du Diable 77 et la Chaussée des Géants, tous deux dans la région de Thueyts, reflètent la peur et la superstition des anciens habitants de la région qui les ont baptisés, et il est peu probable que ces derniers se baignaient fréquemment dans les eaux profondes du Gouffre de l’Enfer près de Marzet 78. Aujourd’hui, nous recherchons activement des endroits comme la Haute Ardèche, où la nature est particulièrement accidentée et grandiose.

68B Vue d’en haut sur le Bivouac de Gournier